navigation

La Population Migennoise 26 décembre, 2007

Posté par avenir dans : Informations , 2 commentaires

 

Les chiffres officiels et définitifs du recensement de janvier 2007 seront connus en début d’année 2008.

  

Cependant, nous savons déjà que le nombre d’habitants est en baisse par rapport au recensement de1999, pour un nombre identique de logements disponibles, et ceci, malgré la destruction de l’immeuble de la rue Ernest Lavisse (40 logements).

Deux facteurs ont influencé, à peu près dans les mêmes proportions,  la baisse de la population:

      Ainsi près de 110 logements étaient vides pendant le recensement pour les seuls immeubles « 4 septembre », « Lafayette » et « Pierre Larousse ».

      Ce mouvement de « desserrement » naturel de la population, général en France, représente 5,35%  de   la population.

      Ce desserrement s’explique par

            - l’allongement de la durée de vie et le souhait des personnes du troisième âge de rester dans

 leur  logement, même quand les enfants ont quitté le domicile parental.

            - l’augmentation du nombre de foyers monoparentaux.

            - l’attrait d’un centre-ville pour les personnes âgées qui viennent habiter Migennes…

au détriment des jeunes familles.

  

La municipalité n’a pas attendu le recensement pour prendre en compte et atténuer ces tendances:

 

  Guy GAUCHER

     

Un Règlement Local pour la Publicité… 19 décembre, 2007

Posté par avenir dans : Environnement et qualité de vie , ajouter un commentaire

  

Un règlement local de publicité est en cours de finalisation. Il complétera les dispositions légales et réglementaires nationales.

Le groupe de travail, constitué par arrêté préfectoral, a terminé sa copie.

Le projet est soumis à l’avis de la commission départementale des sites et paysages.

Les Conseillers municipaux qui ont eu chacun leur exemplaire en communication avant transmission à la préfecture, auront à donner leur avis lors de la réunion du Conseil municipal de février, conformément aux délais prévus par la procédure officielle. Après quoi, le Maire sera autorisé à prendre l’arrêté municipal à partir duquel les délais de mise en conformité de 2 ans commenceront à courir pour les installations en place.

Le groupe de travail comprend 3 élus municipaux, les professionnels de l’affichage, les compagnies consulaires et les services de l’Administration. Il s’est réuni 3 fois.

4 zones de publicité sont retenues : les parcs d’activités, les zones d’habitation, les zones vertes-cœur de ville-et sites protégés et enfin les entrées et axes structurants de la ville. 

Ce règlement vise à maîtriser au mieux la floraison possible de panneaux de pré-enseignes et de publicité sur le territoire de la commune, au moment où un certain nombre de commerces nouveaux s’implantent.

La taille et le nombre des panneaux seront limités afin de préserver le paysage dans et autour de la ville, pour conforter son image positive et augmenter le plaisir des yeux de nos visiteurs et des Migennois eux-mêmes…

  

Roland Chaussy.

Les services publics, plus nombreux à Migennes 8 décembre, 2007

Posté par avenir dans : Economie , 4 commentaires

  

Contrairement à ce que disent les partisans permanents du « tableau noir », les services publics sont plus nombreux à Migennes.

  1)      A la SNCF, les effectifs semblent être globalement stabilisés.

  2)      Au centre de tri postal, le vidéo-codage du courrier assure  le sauvetage de plusieurs dizaines d’emplois qui auraient disparus si cette activité n’avait pas été fixée à Migennes grâce aux interventions insistantes de notre Député et du Maire, Monsieur Boucher.

  3)      Le centre de tri des facteurs, actuellement dans l’enceinte très étroite de la poste au centre ville, va s’installer dans le Parc d’Activités du Canal de Bourgogne. Non seulement cette activité va rester à Migennes mais elle doit être  confortée avec le tri des  facteurs des environs.

  4)      Nos pompiers qui risquaient d’être regroupés avec Joigny, vont rester à Migennes et ainsi garantir une rapidité d’intervention dans tous les secteurs de notre ville.

  5)      La gendarmerie compte 26 agents  basés à Migennes, avec leur famille, alors qu’auparavant, nous n’avions guère que 5 policiers nationaux dont quasiment aucun n’habitait Migennes.

  6)      Mais encore, Migennes accueille, depuis 4 ans, un Service Départemental, celui de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, avec ses 14 agents. Cette décentralisation confirme le bon positionnement géographique de notre ville.

  7)      Et puis, la ville de Migennes, elle-même, a créé de nouveaux services ou repris des activités utiles pour assurer les meilleures prestations possibles à la population.

Ainsi :

-         une vraie Police municipale a été créée avec 5 agents,

-         le service d’aide aux familles a été pérennisé et devient l’Espace Famille,

-         un Relais d’Assistantes Maternelles a été créé,

-         le complexe culturel de l’Escale donne sa pleine mesure, avec 3 emplois,

-         les Associations se voient aidées par une coordinatrice de la Cohésion Sociale,

  Voilà quelques réalités.

Agir, plutôt que critiquer à la cantonade, est plus constructif et plus profitable à tous.

  Roland CHAUSSY

Créer un Parc d’Activités est obligatoirement long 6 décembre, 2007

Posté par avenir dans : Economie,Qualité de vie , ajouter un commentaire

D’abord acquérir les terrains. Pour Le PACB, après la procédure d’expropriation en cours en 2001, toutes les parcelles Ont été négociées à l’amiable. 

Ensuite, un diagnostic archéologique a dû être fait sur l’ensemble Du futur parc, sauf la partie boisée. Dossier administratif, devis, commande, travaux, rédaction du rapport et enfin décision de fouilles se sont succèdés sur plus d’une année. 

Hélas, 3 secteurs sur près de 4 hectares Ont été retenus pour être fouillés. Un délai supplémentaire EST alors nécessaire. Il a fallu choisir les secteurs à fouiller pour avoir toute liberté de construire ensuite. 

Décision. Le 1er, bordant les maisons et la route d’Esnon, sera traité en embellissement non constructible, donc non fouillé. 

Le 2eme, à l’angle du rû et de la déviation pour 1.9 hectare EST mis en attente pour être fouillé ultérieurement. 

Le 3eme, pour 1.8 hectare, constitue une gêne majeure et doit être fouillé de suite. A nouveau: dossier, devis, commande et  travaux se sont succèdés. Le rapport viendra plus tard. Une autre année s’est écoulée. 

Parallèlement, l’Etude sur l’eau, obligatoire elle aussi, doit démontrer que les dispositifs prévus réduisent au minimum les risques de pollution Des nappes souterraines et de surface.  Ainsi, les eaux de toitures et de terrains naturels vont dans des fossés enherbés pour y être stockées en cas de forte pluie, puis infiltrées. 

Les eaux de voierie et de parking, susceptibles d’être polluées par les fuites d’huiles et de carburants des différents véhicules, sont canalisées vers 3 bassins tampons étanches pour être déshuilées et décantées avant rejet vers le milieu naturel. 

Les eaux usées, comme partout ailleurs, sont dirigées vers la station d’épuration de la Communauté de Communes. 

3 années ont été nécessaires pour finaliser cette étude. 

Ensuite, un cabinet d’études, choisi après appel d’offres, a élaboré Le Projet d’aménagement Des voieries et réseaux qui devait prendre en compte la totalité du futur parc, avec ses 2 caractéristiques principales que sont la planéité du terrain et la position de la nappe souterraine à 1 mètre environ du Sol. 8 mois Ont passé. 

Après validation du projet, il est décidé de lancer les travaux en 3 tranches, afin d’étaler la dépense. 

La 1ere tranche intègre la partie commencée avant 2001 qui doit être entièrement reprise pour n’avoir pas tenu suffisamment compte des contraintes du terrain. 

Puis, plusieurs entreprises manifestant de l’intérêt pour ce parc, il s’est avéré prudent d’engager la 2ème tranche sitôt après la 1ère. Cette 2ème tranche se termine ces jours-ci, après 1 an de travaux. 

Restaient les règlements et plans de lotissement pour la ètranche, puis pour la 2 ème tranche qu’ il a fallu réaliser successivement, dès que les éléments nécessaires étaient disponibles… 

Toutes ces opérations doivent être terminées avant que le Maire ne soit autorisé à délivrer le 1er permis de construire. 

Commencé en 2002, ce n’est qu’à partir du 2ème semestre de cette année que les entreprises peuvent être autorisées à s’installer. 

A ce jour, n’en déplaise à certains qui refusent la réalité, 4 implantations sont en cours et 1, voire 2 autres à l’étude pour 2008. 

Cela concerne le maintien à Migennes de 2 Services publics et la création de 10 à 50 emplois nouveaux, au moins!!!

A noter que Le coût global de création de la totalité Des 30 hectares du Parc d’activités du Canal de Bourgogne EST chiffré à 6,5 millions d’Euros, TVA comprise, soit 5,5 millions après récupération de la TVA, et non pas 8 millions comme Le dit intentionnellement Monsieur Meyroune qui n’a voté aucune Des décisions conduisant à ces créations d’emplois. 

De plus, Le Conseiller général Monsieur Boucher a obtenu du Conseil général une subvention de 30 % au titre du développement économique, ce qui ramène Le coût restant à la charge de la commune à 3,850 millions d’euros, soit moins de la moitié de ce que colporte Monsieur Meyroune ! 

Amortis sur 25 ans et compte tenu Des taxes professionnelles à venir, l’intérêt de cette opération était évident dès Le départ.  Il se vérifie aujourd’hui… malgré Le temps qui a été nécessaire pour en arriver là. 

  

HISTOIRE DE TROTTOIRS

Posté par avenir dans : Environnement et qualité de vie,Informations , ajouter un commentaire

La notification 2007 de la dotation globale de fonctionnement fait état de 47.751 mètres de rues. A raison d’1 par côté en général, Migennes compte donc environ 95  kilomètres de trottoirs ! Avec les lotissements en cours d’aménagement, Le chiffre de 100 sera bientôt atteint. 

La plupart sont gravillonnés parce-que l’eau peut s’infiltrer directement dans Le Sol, au moins en partie. 

Les pavés et les revêtements bitumeux sont utilisés dans les secteurs commerçants et les voies structurantes les plus fréquentées par tout Le monde, quel que soit le quartier. 

Le béton désactivé apparait dans la rue Salengro, semi-piétonne, et dans un certain nombre d’allées, ainsi que l’allée centrale du cimetière. 

Enfin, la rue du Général de Gaulle, côté ouest, a été traitée en enrobé bitumeux sur la moitié environ de la largeur du trottoir, très importante dans toute la partie haute, pour faciliter la descente et la montée Des poussettes d’enfants notamment. L’autre moitié reste gravillonnée pour l’infiltration de l’eau. 

  

Ce sont ces quelques principes qui guident les décisions prises en ce domaine depuis toujours, conformément aux recommandations générales. 

  

S’il EST nécessaire de veiller à boucher les « cuvettes » en formation ici et là et à maimtenir une surface de circulation la plus agréable possible, IL EST illusoire de croire, et déraisonable de faire croire, que tous les trottoirs doivent être revêtus d’un enrobé étanche. 

Ce serait en totale contradiction avec les règles de protection de l’environnement souhaitées par tous aujourd’hui. 

  

Roland Chaussy   

PARCS ET ESPACES VERTS

Posté par avenir dans : Environnement et qualité de vie , ajouter un commentaire

Migennes compte aujourd’hui plus de 46 hectares d’espaces verts dont 31 hectares en parcs et espaces engazonnés. 

Les haies de conifères et arbustes persistants et caduques s’étirent sur 1,5 kilomètre. 

Plus de 900 arbres d’alignement et de parcs et environ 2500 arbustes de variétés très diverses participent à l’oxygénation de Notre ville. 

Côté fleurs, en plus Des 800 mètres carrés de rosiers, ce sont 45000 plantes annuelles, 15000 biannuelles, 5000 chrysanthèmes et 3500 bulbes qui Ont recouvert les 2000 mètres carrés de massifs 2 à 3 fois dans l’année et garni les 275 suspensions, 100 vasques au sol et les 5 structures métalliques qui servent à la mosaïculture ! 

8 personnes, aidées en période de pointe par des agents de l’association intermédiaire Entrain de Migennes, se partagent l’ensemble du travail, sous la direction du Chef des ateliers de la Ville. 

Après avoir obtenu la 2ème fleur en 2004, ce nouveau 1er prix départemental pour les villes de 5 à 10000 habitants attribué cette année s’inscrit, sans doute, comme le prélude à la 3ème fleur, si, bien sûr, le niveau de fleurissement EST maintenu ! 

Bravo à nos équipes. La volonté Des Elus EST faite grâce à leur travail, pour Le bonheur Des Migennois. 

Par ailleurs, bravo également aux nombreux propriétaires de maisons fleuries qui concourrent à cet embellissement général de la ville et méritent nos remerciements. 

Roland CHAUSSY

Pastotroc |
Adoptions ~ Chat(on)s |
Copropriete du Bois des val... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | HISTOIRE, PATRIMOINE et T...
| le club des loisirs de ROCB...
| PEEP du Trièves